Siège social GL Events

 

publié dans l'Arca International n° 126

 

Siège social GL Events, Lyon, France - Project : Odile Decq

 

Dans cette architecture, Odile Decq réussit avec une clarté extraordinaire à faire coïncider l'essence du bâtiment avec sa conception structurelle, qui devient également critère de distribution, concept géométrique, architectural et volumétrique.

L'émotion que procure le porte-à-faux évoque dans ce cas une mesure battue en "levée", de la même manière que lorsque dans une phrase musicale on s'attend à une cadence, à un point d'appui et qu'étonnamment, au contraire, cela ne se produit pas, ou plutôt, se manifeste par son absence, de sorte que nous l'apprécions justement parce que son absence nous la fait désirer.

 

 

C'est précisément cette sensation qui génère la représentation de cette architecture : l'émotion perceptive est absorbée par l'encorbellement qui révèle précisément l'élément "en levée", l'appui qui manque et qui devient d'autant plus présent pour l'observateur qu'il est absent, en attirant son regard vers le volume supérieur et en compensant avec la pesanteur naturelle de la masse "cubique".

Tous les aspects du bâtiment sont intégrés et répondent à cette "loi". En effet, le bâtiment est conçu à partir de la structure qui prend la forme d'une énorme grue, évoquant les ponts roulants des ports servant à décharger les navires de marchandises qui caractérisaient cette partie du quai. Portés sur trois  poteaux/pylônes contenant un escalier pour l’un, les ascenseurs pour les autres, les plateaux du volume supérieur sont suspendus à une nappe et deux méga poutres tridimensionnelles croisées. D'un côté ces poutres sont ancrées à l'énorme contrepoids que constitue la colonne en béton armé des gaines techniques et des raccords verticaux. De l'autre côté, les deux énormes poutres aussi hautes qu'un étage tout entier s'élancent sur plus de vingt mètres en porte-à-faux, où la partie en saillie des trois étages au-dessous des bureaux vient s'accrocher.

 

 

Lors du lancement du concours le programme n'avait pas été clairement défini. Il était donc important d’imaginer une structure suffisamment flexible pour pouvoir accueillir des fonctions qui n'avaient pas encore été déterminées avec précision.

Ainsi nous pouvons dire que le programme aussi a été développé "en levée" et l'architecte a dû faire en sorte de conférer une forte identité architecturale au bâtiment tout en garantissant la plus grande flexibilité fonctionnelle. Le projet d'Odile Decq a été choisi en phase de concours, mais aussi et surtout à la preuve des faits, puisqu'au cours des trois années qui ont suivi il a été possible de trouver une société qui s’est installée dans le bâtiment.

Voyons à présent comment certains aspects participent à la loi créative de cette architecture.

Les façades. Le concours imposait l'intervention d'un artiste. L'architecte a demandé à Felice Varini de "changer la perception des façades". Il a répondu que c'était une erreur que de donner un ordre à un artiste, et il a interprété le bâtiment à sa manière, lui aussi "en levée", c'est-à-dire en tentant d'annuler la présence-même de la construction et en exorcisant avec son intervention l'arrogance avec laquelle toute architecture "envahit" le contexte. Il a reproduit des points de vue photographiques pris depuis le toit du bâtiment sur la totalité des façades du volume supérieur du pavillon. Imprimée sur le film intercalaire des verres feuilleté des façades, l’œuvre reconstitue sur le bâtiment le paysage masqué par son volume.

 

 

Le "vide en porte-à-faux", c'est-à-dire le plancher transparent qui forme l'intrados-extrados de la partie du vide central qui arrive en porte-à-faux au-dessus de l'entrée. Je trouve qu'il s'agit là d'une véritable trouvaille de cette architecture. Je ne me souviens pas d'autres exemples de ce genre d'élément, en réalité, une couverture à l'envers et en encorbellement sur un espace extérieur au-dessous.

C'est peut-être le coeur du projet du bâtiment dans son ensemble, car c'est le point qui résume parfaitement le renversement de perspective et la légèreté de la "surprise en levée" qui est à la base de cette architecture.

 

www.odiledecq.com

 

 

 

 

 

 

Siège social GL Events - Odile Decq