Addirriyah Art Center, Arabie Saoudite

 

publié dans l'Arca International n. 138

 

Addirriyah Art Center, Arabie Saoudite, projet : Schiattarella Associati

 

 

Project: Schiattarella Associati. Structural Design: Proge-77. MEP Design: Tekser. Branding: Humus Design. Client: Arriyadh Development Authority

 

 

Le contexte est celui d’Ad-Diriyah, la première capitale de la dynastie saoudienne, et aujourd'hui l’un des plus importants sites archéologiques de la péninsule arabique. C’est un territoire, au nord-ouest de la ville de Ryad, qui se caractérise par un réseau complexe d’oueds (de l'arabe Wādī –  dépressions nées de cours d'eau intermittents, à sec, sauf pendant la saison des pluies, et riches de végétation).

 

 

L’espace choisi pour le Centre d’art contemporain se trouvera à proximité d’une agglomération moderne et tout près de l’un des rares fragments antiques encore intacts (même si abandonnés) que le projet entend sauvegarder et valoriser. Le Centre d’art contemporain est conçu pour marquer de façon harmonieuse la continuité entre l’environnement naturel et l’environnement bâti.

 

 

Pour ce faire, le mur de soutènement existant sera abattu pour rétablir la forme naturelle de la colline. La trame dense de cet habitat historique a induit les architectes à concevoir le Centre d’art contemporain non pas comme un ensemble, mais comme un fragment de tissu urbain, constitué de volumes disposés de manière à créer un espace intermédiaire et complexe, leur ressemblant, à utiliser comme espace urbain. Ce choix a permis de créer des interruptions, des passages, des ouvertures qui définissent un ensemble riche et discontinu, de sorte que l’environnement bâti devient perméable.

 

 

La logique rigoureuse de la géométrie change continuellement selon le cours naturel du paysage, et c’est la nature qui suggère la forme des constructions, et non le contraire. C’est ainsi que des vues entre les volumes donnant sur l’oued sont devenues possibles et, vice versa, que depuis le paysage, elles pénètrent à l’intérieur du centre d’exposition en reconstruisant des liaisons visuelles interrompues par la construction désordonnée, en retrouvant le sentiment d’une appartenance commune au territoire.

 

 

Les raccords visuels sont enrichis par la création d’une terrasse qui sert à la fois de belvédère et de lieu d’exposition en plein air. Il s’agit d’une place, reliée au réseau routier surplombant l’oued et permettant d’embrasser tout le territoire du regard, jusqu’aux ruines d'Ad-Dirriyah.

 

 

Du point de vue formel, Schiattarella Associati accorde une attention particulière à la pureté de la géométrie des volumes et à la continuité entre  la terre et la construction dans l’ancienne Ad-Diriyah. Les volumes, stricts et essentiels, semblent sortir directement du sol tout en se fondant dans la pente rocheuse.

 

 

Le résultat est un projet qui montre sa présence sans dominer le contexte, et qui est ainsi capable de s’ancrer profondément dans le site en lui restituant toute sa dignité.